mercredi 16 juillet 2014

la bête à bon dieu

Il avance à petits  pas
L’air de rien
Tel un félin
Il pose son appât

Il caresse
Avec adresse
Et délicatesse
Il offre son sex
Et dénigre ses ex

On le croit herbivore
Il est carnivore
Il scrute sa proie
L’accueille sous son toit

Sous prétexte de confiance
Il fait mine d’aider
Ses amis à créer,
Il ne livre que sa défiance
Il  absorbe leurs connaissances


Il se prend pour le bon dieu
Il n’en est que la bête
Qui n’en fait qu’à sa tête
Avide et orgueilleux
Il est l’envieux.

Barbouilleur du dimanche
Plagiat dès la première manche

3 commentaires:

Carine a dit…

Tout a été dit avec de bien jolis mots et jeu de mots!

CLAUDINE POUPARD-CITRON a dit…

merci Carine

Anonyme a dit…

mièvrerie d' une poésie, jeux de mots croisés, qui n en est pas une.